0
Petite Fleur Loves Books
De vous à moi

Et si je te lis ça, est-ce que tu comprendras?

“L’ennui, qui dévore les autres hommes au milieu même des délices, est inconnu à ceux qui savent s’occuper par quelque lecture.
Heureux ceux qui aiment à lire.”

Fénelon

En librairie on me demande souvent l’âge recommandé d’un ouvrage et c’est en effet un bon repère pour choisir un livre mais il ne faut surtout pas le voir comme une restriction. Chez nous, par exemple, les lectures que l’on pourrait qualifier de “grandes lectures” (parce qu’elles sont plus complexes, plus classiques dans leur contenu et leur format) sont offertes à voix haute pour tous ceux qui veulent les entendre.

Ainsi, les plus jeunes ont la liberté de les écouter, ce qu’ils font souvent avec plaisir, (ils n’aiment pas être exclu d’un moment de lecture ce qui est compréhensible…) ils y glanent ce qu’ils veulent, ce qu’ils comprennent, parfois nous posent des questions, parfois ils se lèvent et partent, estimant que l’histoire n’est pas pour eux, qu’elle ne les touche pas, ne les intéresse pas, ne leur plaît pas… ils n’ont pas l’obligation de rester et d’écouter.

Je raconte toujours des histoires que je trouve belles, instructives, drôles ou inspirantes et quand j’ai le temps, en plus de la lecture traditionnelle du soir et de celle demandée spontanément par les enfants, telle l’image d’une vieille gravure de famille, je m’assois avec un livre (avec ou sans illustrations) et je commence à le lire à voix haute et à ce moment là, qui aime m’écoute! Ainsi, peut-on lire d’autres textes, du théâtre, de la poésie, de l’Histoire…

Pour l’anecdote, l’an dernier alors que mon n°2 avait tout juste 4 ans, ma maman a raconté aux enfant La Fée poussière, un conte plein de poésie de George Sand écrit à l’attention de ses petites filles. Et bien cela a beau être un conte sans images, il l’a tout simplement adoré et en parle souvent… Si sa soeur lit un livre qui l’intéresse, il lui demande alors de lui lire des passages et entendre cette lecture partagée avec leurs commentaires est quelque chose d’extraordinaire, elle lui explique, ils rigolent ensemble, s’attristent ensemble, elle le rassure, ils sont tout simplement heureux et mettent en oeuvre la meilleure forme d’apprentissage qui soit, la transmission…

Il y eut un temps où je changeais les mots qui me paraissaient compliqués, où je sautais même des passages qui me paraissaient difficiles, trop tristes, mais je me suis aperçue avec le temps que l’enfant ne voit pas les choses comme un adulte, il les aborde bien plus simplement, de la même façon qu’il regarde la vie et le monde qui l’entoure et surtout il est extrêmement sensible à la beauté d’un texte, il se laisse naturellement porter par la musique des mots, pas besoin de lui expliquer si il ne demande rien.

J’ai un petit garçon de 5 ans très confortable avec les mots, il a déjà un sens de l’humour assez fin, une analyse plutôt raffinée et un vocabulaire fourni, riche et parfois décalé avec son époque et certainement son âge, c’est rigolo.

Mais attention, chez nous il n’y a pas de snobisme du genre et selon les lectures, les humeurs, on se bidonne avec Le journal de Gurty, on s’attendrit avec Mon lapin patate, on découvre le cycle de l’eau avec Perlette, on sursaute quand Roule Galette se fait croquer, on chante à tue-tête “Sorcière, sorcière prend garde à ton derrière” avec Gripari… bref, dans cette maison vivent de grands lecteurs de tout, albums, romans, BD, Fantasy, polars, tout ce qui nous invite à rire, rêver, pleurer, voyager, à chacun son style…

L’un n’empêche pas l’autre, toutes les lectures ont leur intérêt. Bien entendu, un enfant ne peut pas tout lire ou tout entendre à tout âge, mais on peut déjà proposer certains textes classiques, plus conséquents par leur vocabulaire, dans la complexité de leur histoire à de jeunes enfants et juste laisser faire les choses. On est alors très souvent surpris par leur intérêt, leur écoute parfois passionnée et leur fine analyse…

Il n’y a pas d’obligation pour un lecteur, comme le dit si bien Pennac, il est libre de lire ce qu’il veut, quand il veut, comme il veut! Chaque enfant est différent avec sa propre maturité, sa propre sensibilité et chaque histoire aussi.

Et puis une histoire que l’on raconte ce n’est pas seulement une succession de mots que l’on écoute, c’est aussi un moment partagé, un moment de bonheur ensemble, un moment réel, bien présent qui s’inscrit avec force dans les mémoires, c’est une musique pour les oreilles, avec le ton, l’énergie, l’enthousiasme qu’on y met, c’est un TOUT dans lequel l’affectif prend une immense place. Il y a le plaisir de lire des histoires et il y a le plaisir de les écouter.

C’est pour cela que l’on se souvient avec force et nostalgie des histoires de notre enfance. D’ailleurs, quand je vais dans des associations ou chez des particuliers raconter des histoires je vois les visages s’éclairer, enfants comme adultes et il est chose courante que les parents viennent me voir en me disant qu’ils ont adoré ce moment, peut-être encore plus que les enfants.

Tout le monde aime écouter des histoires.

Allez, soyez libres dans vos lectures, ne les comparez pas à celles des autres, ne vous cantonnez pas à une petite case d’âge recommandé, lisez ce qu’il vous plaît et jamais ne cessez de vous raconter des histoires, voilà mes recommandations…

You Might Also Like...

2 Comments

  • Reply
    Lucie
    3 septembre 2017 at 6:24

    Bonjour,
    Je commente ce billet, mais je pourrais tous les commenter. Votre blog est pour moi une source sûre de livres à acheter pour mes enfants mais aussi pour ma classe.
    Merci mille fois et surtout continuez à me faire découvrir ces perles de la littérature enfantine.

    • Reply
      Mama Darling
      3 septembre 2017 at 12:18

      Merci Lucie, voilà un message qui me va droit au coeur, véritablement. Je vous souhaite de merveilleuses lectures avec tous les enfants de votre vie!

    Leave a Reply